29 et 30 Janvier 2011 A l’Institut de théologie protestante 83 bd Arago 75014 Paris

“Par la grâce de l’analysant…”, nous disait Lacan à propos du transfert. Nos associations, qui s’attachent aujourd’hui à maintenir la psychanalyse dans le fil d’une transmission qui ne dénature ni le propos de Freud ni l’enseignement de Lacan, devraient en venir à instaurer cette norme inédite que la psychanalyse elle-même advienne, en ce troisième temps, comme discours renouvelé, grâce à l’intervention des analysants qu’elle se rendrait à même d’intégrer en son sein, de même que ceux-ci ne feraient aucune difficulté à faire savoir au dehors que c’est à la psychanalyse qu’ils doivent la renaissance d’une subjectivité non entravée.

La création du sujet, enfin reconnu par la voix qui s’en écoute dans le cadre d’une cure, déboucherait ainsi sur la possibilité que soit forgé, lors d’un tel travail, un sujet de la création, celle-ci ne se limitant plus à celle d’un nouveau psychanalyste, simple moyen de reproduction de son discours, mais à celle d’une oeuvre, que ce soit dans les domaine de l’art ou de la science, puisque sa possibilité ferait passer le sujet en question de la déchéance du nom réduit au rang de “signifiant quelconque” dont on peut se passer, à la signature d’un nom qui fait acte, voire tournant dans l’histoire.

Dispositif : Les textes de chaque association seront mis en discussion par deux autres associations de Convergencia.

Colloque organisé par Psychanalyse Actuelle et Insistance

http://www.convergenciaclf.org/collo_janvier_2011.html